« Ce que l’école peut encore pour la démocratie » de Philippe Meirieu

Cet ouvrage est un livre de résistance. Il n'est pas polémique. Il ranime la foi des enseignants qui aiment leur classe.

Des doutes et des convictions

Dans un livre très personnel, Philippe Meirieu particulièrement compétent et engagé, s’interroge: « Pourquoi ne pas tenter de faire de nos classes le lieu de l’apprentissage, obstiné et joyeux à la fois, de la liberté de penser et de la capacité à fabriquer du  lien ? » Face aux inégalités et aux injustices, à la montée des individualismes et des intégrismes, aux crises de toutes sortes qui menacent notre avenir commun, l’éducation peut-elle encore quelque chose ? Comment repenser notre École pour qu’elle soit en mesure de répondre à ces urgences ?

Une histoire de la pédagogie.

Des « hussards noirs » de la République aux « enfants sauvages », de Rousseau à Montessori, Freinet et tant d’autres, il revient sur les rencontres, les travaux et les engagements qui ont contribué à forger ses convictions.  Philippe Meirieu déplore que l’histoire de la pédagogie soit la grande absente de la formation initiale et continue dans l’Education nationale. Et il faut s’inquiéter de l’inculture pédagogique de nos dirigeants comme de ceux qui pilotent la formation des cadres en ayant comme seule référence les neurosciences et le « management agile ».

Une interrogation sur la pratique pédagogique

Enseigner, ce n’est pas seulement « transmettre des savoirs », c’est aussi partager le plaisir et l’intelligence d’apprendre. Le cerveau n’est pas une machine à calculer mais à arbitrer. Or la différence est importante. Dans le calcul, il n’y a qu’une seule solution. Dans l’arbitrage, il y en a plusieurs. Et le choix se fait en fonction de nos valeurs. Cette différence est fondamentale. Réduire le cerveau à une machine à calculer c’est faire l’impasse sur la question des valeurs et mettre en péril l’humain dans ce qu’il a de plus précieux.

Philippe Meirieu s’inquiète de ce qui pourrait être une forme de « productivisme scolaire » centré exclusivement sur les maths et le français, avec une sorte d’acharnement pédagogique qui s’avèrerait finalement tout à fait contre-productif.

Un des enjeux majeurs du métier d’enseignant c’est que l’élève devienne exigeant avec lui-même. Il n’y a pas de démocratie possible sans une éducation qui rende les sujets exigeants vis-à-vis d’eux-mêmes, en quête de toujours plus de précision, je justesse, de vérité.

La montée du numérique et des GAFAM renvoie à l’urgence de cet apprentissage de l’exigence. La lucidité, la pensée critique, la posture de recherche et non d’enkystement sur les fake news les plus séduisantes, sont absolument nécessaires à l’exercice de la citoyenneté. L’exigence est le plus beau cadeau que l’on puisse faire aux élèves.

La pédagogie et les pédagogues sont dans la tourmente

Précisément parce que nous vivons dans un contexte intellectuel où l’on dénie toute réflexion à caractère éthique en matière éducative au profit d’un scientisme qui prétend résoudre toutes les questions. Cela compromet, tout à la fois, la recherche pédagogique et la formation des enseignants.

Editions autrement » – Août 2020

Commander