« Changeons de voie: les leçons du coronavirus » d’Edgar Morin et Sabah Abouessalam

Edgar Morin et Sabah Abouessalam nous aide à mettre des mots sur ce que l’humanité vient de traverser et propose, comme tant d'autres depuis 3 mois, des pistes pour l’après.

Edgar Morin

Un minuscule virus dans une très lointaine ville de Chine a déclenché le bouleversement du monde. Certes il y eut bien des pandémies dans l’histoire, mais la nouveauté radicale du Covid-19 tient à ce qu’il est à l’origine d’une crise mondiale. Crise dont les composantes, interactions et incertitudes multiples sont liées. En France, le confinement a été un miroir grossissant des inégalités sociales. Il a aussi montré que les derniers de cordée sont plus nécessaires que les champions du CAC 40.

Des problèmes de fond

Nous le savons depuis longtemps, le capital a été valorisé au détriment du travail et l’on a sacrifié prévention et précaution au nom de la rentabilité et de la compétitivité. Donc deux problèmes sont à régler :
– Arrêter la soumission de la  politique à l’économique et de l’économique à la doctrine néo-libérale qui aggrave terriblement les inégalités sociales et donne un gigantesque pouvoir aux puissances financières.
– Eviter la paralysie de toutes les réformes dans un état centralisé. Car justement, on a dû augmenter les dépenses là où on les réduisait. Ce renversement stimule les propositions d’un changement radical.

L’après-épidémie sera une aventure incertaine où se développeront les forces du pire et celles du meilleur, ces dernières étant encore faibles et dispersées. Mais le pire n’est pas sûr, et l’improbable peut advenir.

L’électrochoc sera-t-il suffisant pour faire enfin prendre conscience à tous les humains d’une communauté de destin ? Pour ralentir notre course effrénée au développement technique et économique ? Nous voici entrés dans l’ère des grandes incertitudes. L’avenir imprévisible est en gestation aujourd’hui. Faisons en sorte que ce soit pour une régénération de la politique, pour une protection de la planète et pour une humanisation de la société : il est temps de changer de Voie.

Hélas, les leçons à tirer et les idées-guides pour « changer de voie » risquent de n’être que des voeux pieux au regard des expériences passées.

Edgar Morin peut s’ajouter à la liste de ceux qui depuis très longtemps avaient prévu le pire et n’ont pas été écoutés. De grands scientifiques, des personnalités médiatiques: René Dumont, Haroun Tazieff, Nicolas Hulot, Jacques-Yves Cousteau, Alain Bombard avaient en leur temps tirer la sonnette d’alarme. Et Nicolas Hulot avait cette belle formule: ‘le bateau coule et l’orchestre continue à jouer » et Jacques Chirac, en 2002 à Johannesbourg, « Notre Maison brûle et nous regardons ailleurs« .

Rappel final

Il y a plus que jamais un grand besoin de regénérer la politique et d’humaniser la société.

Denoël – Juin 2020

Commander